Le Barragostais

C’est une province fertile, arrosée au printemps, agréable en été et douce en hiver (...). C’est la région la plus riche de toutes les Terres du Nord. On y trouve bien sûr Barragosta, la capitale royale, et d’autres villes de taille plus réduite, comme Châteaupourpre, Mélinir ou Santoma.

Situation

Cette province culmine à une altitude moyenne de 200 m au dessus de la mer, en grande partie en raison du plateau barragostais, qui compose la majeure partie de la région et qui lui donne son nom. Cette province s’étend sur environ 200 km autour de Barragosta, c’est-à-dire jusqu’à Mélinir au sud-est, jusqu’à la mer au sud, à 20 km de Fang au nord, et jusqu’au Hauts-Plateaux du Cor à l’ouest (...).

Ressources et commerce

La province, de part sa situation géographique, est le théâtre d’échanges commerciaux importants, puisque presque toutes les importations du pays passent par ici (sauf pour le nord et Ryan). On y échange de tout, mais également de nombreuses productions locales : bois, céréales, vins, fromages, laine, fourrures, viande... les vastes campagnes barragostaises permettent en effet de faire paître de nombreux troupeaux (moutons, bovins, chevaux) dont les propriétaires sont généralement plus riches qu’ailleurs dans le royaume. L’élevage de chevaux est bien sûr la spécialité du royaume, en vertu de ses chevaux de grande qualité. Parmi les éleveurs de chevaux les plus connus de la région, citons l’élevage de la Maison Sheridan, près du village de Torlynn-sur-Balt, et bien sûr le célèbre éleveur et ranger Allassard de Sélénae, qui produit les célèbres (et coûteux) Yahnor, une race de pur sang établie depuis une bonne vingtaine d’années à présent (voir aussi « Erynbourg »). Tous les grands éleveurs de la région se rendent, une fois par semaine, au grand marché aux chevaux de Barragosta.

Faune et flore

La province du Plateau Barragostais est aussi la région la plus peuplée (j’estime qu’environ que pour 10 habitants Nordistes, 1 vit dans cette région), malgré la présence de vastes forêts en son sein. On dit même que la mystérieuse Cité-Arbre, grand lieu de culte de Fresha, se trouverati dans l’une d’elle. Notez que j’ai peine à le croire, car un si grand lieu de pèlerinage de la nature ne peut se trouver si près d’une grande ville ! Enfin, toujours est-il que la province est très boisée, mais également très irriguée : On trouve une multitude de petits ruisseaux dans les bois barragostais, mais bien évidemment aussi quelques cours d’eau d’une taille bien plus appréciable. Le fleuve du Fléau des Gnolls, bien sûr, qui prend sa source dans les Hauts Plateaux du Cor, mais aussi certains de ses affluents : La rivière Pourpre, qui traverse Châteaupoupre, l’Intrépide, qui s’écoule au sud de Barragosta, le Shéol (qui forme le lac Aelinedhel, « lac des elfes », en langue elfique), le Balt, au sud-est de la capitale, et le Raton et le Héron Trempé, qui traverse les Bois Joyeux (la forêt au nord-est de Chateaupourpre et de Santoma). Les cours d’eau du plateau Barragostais sont remplis de petits poissons, et la pêche est une détente appréciée, doublée d’une activité lucrative (...). On trouve également dans nos forêts plusieurs sortes de plantes médicinales, des champignons de toutes sortes, des herbes servant à la préparation de potion de soins, et de l’herbe à tabac, une herbe aromatique qui s’ajoute au tabac afin d’obtenir une saveur toute particulière. J’en suis moi-même adepte, et alors que je rédige ces lignes, j’en fume d’ailleurs ! (...). Si les forêts sont peuplées d’animaux sauvages, tels que cerfs, écureuils, sangliers, ours bruns ou divers oiseaux, on a également, en étant très attentif, parfois l’occasion de rencontrer un elfe tranquillement installé à la cime d’un arbre, ou encore un centaure ou un pixie égaré (...). Mais prenez garde, car les forêts ne sont pas toutes sûres pour autant, car des Orques des Forêts rôdent parfois tels des maraudeurs, et si les chasseurs de Trolls sont monnaie courante dans la province, ce n’est pas non plus pour rien (...). Ainsi, malgré la beauté enchanteresse de nos bois, je n’apprécie guère de devoir les traverser, car je ne m’y sens jamais en sécurité (...).

Dernière curiosité concernant la flore locale : on trouve aux abords de Mélinir des cultures d’Abishaï, un petit fruit ressemblant à des prunes orangées, mais dont le jus bleu foncé permet de fabriquer la célèbre liqueur d’Abishaï (attention, déconseillée aux petites natures). (...)

Loup-Gris

Mais j’allais omettre de vous parler d’un autre danger : les bandits de grands chemins. Bien que notre bon roi fasse régner l’ordre et la justice autant que possible, il faut bien avouer qu’un brigand échappe toujours à la loi dans nos contrées : Il s’agit du tristement célèbre Loup-Gris, dont les premières apparitions datent de 446 ou 447 Ep.IV. Ses vols sont célèbres dans tout le pays, mais il semblerait que sa province de prédilection soit malheureusement la nôtre. Il a une telle capacité à disparaître et à narguer le bras de la justice ! Il signe systématiquement ses crimes en laissant une peau de loup gris derrière lui (...). Bien qu’étant rarement violent, Loup-Gris est un personnage dangereux, une plaie pour la société et les collecteurs d’impôts. Et il est suffisamment rusé pour se faire oublier un an ou deux quand les choses semblent devenir difficiles pour lui. Le Roi n’a pas hésité à offrir 50 000 Lions d’or à qui capturerait le bandit, mais personne jusqu’à présent n’est parvenu à localiser son repaire (...), pas même le célèbre Barkam, le chasseur de prime (...).
 
 
 Haut de page - Accueil (C)Extrêmia 2000 - Tous droits réservés - Mis à jour le August 21 2003 09:10:00.