Le Dandy



Le Dandy (Barde)

(Profil crée par DRAGON™ Magazine)

Spécialité : Toutes les formes d’expression artistique utiles pour courtiser les représentants (jeunes, riches et attrayants) du sexe opposé, de la façon la plus impudique ; notamment : poésie, musique (instrument et chant), danse. Farces et mauvais tours font généralement partie des occupations du dandy.

Pré-requis : Aucune caractéristique minimale supplémentaire n’est requise par rapport à celle du barde " classique ". Le dandy est en général candide (mais pas forcément naïf), et de ce fait, plutôt d’alignement bon ou neutre.

Races autorisées : Le dandy peut être humain, demi-elfe ou petit-homme

Description : Toutes les cités médiévales ont leurs riches et puissantes familles, qui contrôlent les guildes et les administrations. Leurs enfants bénéficient souvent de la meilleure instruction. Ils savent lire, écrire, connaissent la politique et la diplomatie, les langues anciennes et l’héraldique. La plupart d’entre eux sont destinés à entrer dans la noblesse, les autres à devenir des membres importants de conseils ou des dirigeants de guildes. Hélas, il y a toujours des déceptions.

Le dandy est l’une d’elle. Eternel adolescent, il n’apprécie pas les nuances des langues anciennes et la politique l’ennuie à mourir. Pour de multiples raisons, il se rebelle contre la vie maussade et austère de ses parents, en se conduisant de façon insouciante et immature. Le dandy mène alors une vie pleine d’ennuis, qu’il se crée lui-même par ses incessants mauvais tours et ses intrigues amoureuses. Un style de vie qui est bien sûr désapprouvé et à peine toléré par ses parents

Il s’habille de façon fantasque, avec des vêtements richement colorés, taillées dans les plus nobles matières. On le trouve généralement dans les bars à vin les plus à la mode des quartiers riches (les tavernes sont bien trop sordides pour lui). Autant le dire, il est très rarement en train de travailler, bien trop effrayé à l’idée de se salir les mains. Considérant bien souvent les pauvres comme des citoyens de troisième classe, il fait preuve d’une arrogance et d’une paresse difficilement supportables. Même ainsi, il arrive à se faire apprécier, sans doute grâce à son éternel optimisme et à ses traits d’esprit dévastateurs, qui sont pourtant souvent blessants.

Grandissant dans un cocon protecteur, il reste totalement ignorant des dures réalités du monde. Pauvreté et dangers réels sont des concepts qui lui sont étrangers. Il considère la magie comme un divertissement, une pratique amusante très utile pour faire des farces. Il ne s’y intéresse pas en profondeur. De même, s’il pratique la musique et la comédie avec joie, c’est sans l’application des autres bardes. Il ne s’agit pour lui que de se faire valoir et d’épater la galerie.

Remarque : Un personnage avec ce profil aura une vision de la vie similaire à celle d’un bretteur, guerrier ou voleur, mais étant encore plus snob que ce dernier. Il passe moins de temps à se battre et à voler, sa principale occupation étant de prendre du bon temps. Mais si cela peut se faire en dérobant ou en brettant, c’est encore mieux.

Rôle : Ne remplissant aucun rôle social utile, certains dandys se montrent condescendants envers les plus humbles qu’eux : " quiconque travaille pour vivre fait partie du vulgaire ". S’il ne vit pas aux crochets de parents fortunés (et très tolérants), il dilapide une fortune acquise d’une façon quelconque.

Même un dandy peut se lasser de la vie urbaine, dont les péripéties semblent bien fades comparées aux histoires dont se vantent les aventuriers. C’est pourquoi certains d’entre eux peuvent se décider à quitter le confort de leur loyer et la protection des murs de la ville (bien souvent pour la première fois), bien déterminés à connaître le vrai frisson de l’aventure.

Ce profil convient mieux aux campagnes très urbaines, bien que la découverte par un dandy de l’exploitation des paysans par la noblesse (et donc un sentiment de culpabilité) puisse être un sujet d’aventures palpitantes. Autre thème intéressant, les aventures d’un groupe de jeunes nobles urbains et décadents, qui peut inclure un bretteur (guerrier et/ou voleur), un dandy, un jeune prêtre luttant pour respecter ses vœux, etc…

Compétences martiales : Entraîné dès le plus jeune âge au maniement des armes aristocratiques, le dandy doit choisir son arme initiale parmi la liste suivante : Arc court, Arbalète, Arme d’hast, Epée courte, Dague, Stylet, Main-gauche, Rapière et Sabre. Le maniement d’autres armes peut être acquis plus tard, avec de l’entraînement.

Compétences diverses : Bonus : Danse, Etiquette, Chant.

Recommandées : Comédie, Don artistique, Baratin, Jeu, Héraldique, Langue, Histoire locale, Instrument de musique, Poésie, Equitation, Acrobatie.

Armure/équipement : Le dandy, peu habitué aux efforts intenses, ne peut porter qu’une armure de cuir cloutée ou matelassée (sous ses précieux et amples vêtements). Il ignore totalement l’utilisation efficace d’un bouclier. Ne portant que des vêtements de la meilleure qualité possible, il devra les payer au moins le double du prix indiqué dans le Manuel des joueur et le Catalogue des armes et équipements. De plus il s’acquittera d’un surcoût (de 25 à 50 %) pour tout équipement ou armure.

Bénéfices spéciaux : Le choix des armes : Les jeunes nobles sont entraînés au maniement des armes depuis l’âge de 7 ans, pour leur défense, le plaisir et l’exercice. Les armes de prédilection pour cet entraînement sont le Stylet, la Main-gauche, la Rapière, le Fleuret et le Sabre. Du fait de cet enseignement intense et continu (que cela leur plaise ou non), les dandys peuvent se spécialiser dans l’une d’elle. Ils gagnent un bonus de +1 au jet d’attaque et de dégâts.

Coffre sans fond : Les familles nobles des grandes villes sont incroyablement riches comparées aux gens du peuple. En théorie, un dandy peut vivre dans le luxe sans travailler,en étant seulement financé par ses parents. Il commence sa carrière avec 5d6x10 po issues des vastes coffres familiaux.

De plus, vous pouvez permettre au dandy " d’emprunter " occasionnellement de l’argent à ses parents pour financer ses frasques, tout en veillant à ce que ces largesses ne déséquilibrent pas le jeu. Beaucoup de familles nobles n’apprécient guère le comportement frivole de leur rejeton, ce qui peut les amener à rompre leur soutient financier, voire même à le déshériter, s’il outrepasse ses privilèges.

Esprit et charme : D’un naturel extraverti et amical, le dandy est un personnage très attirant, notamment pour les membres du sexe opposé. Son charme naturel, son humour et sa candeur intensifieront les sentiments de ceux qui lui sont déjà favorables –réactions améliorées d’un rang s’il réussit un test de charisme à +2. Cependant, sur un jet de 20 ou plus, le dandy a offensé la personne, qui se sent la cible de ses remarques, et dont la réactions sera aggravée de 2 rangs. Ceux qui ont déjà des sentiments hostiles envers lui le considéreront comme un parasite, un oisif. Ceci est particulièrement vrai pour les humbles travailleurs, pour qui le ton condescendant du dandy est insupportable. De façon optionelle, vous pouvez demander au joueur de faire un trait d’esprit lorsqu’il utilise ce talent. Vous lui allouerez alors un bonus supplémentaire de +3 ou un malus de –3 selon qu’il est drôle ou non, approprié ou déplacé.

La chance du dandy : Les intrigues invraisemblablement ourdies par le dandy semblent avoir un mystérieux don pour fonctionner. Quand tout semble perdu, il est capable de concocter un plan susceptible de marcher… peut-être un peu. Vous devrez gérer ce talent au cas par cas.

Restriction spéciale : La chance du dandy est largement imprévisible et peut avoir des effets aussi positifs que désastreux. Ce qui arrive généralement quand un plan semble fonctionner parfaitement avant de tourner à la catastrophe. Encore une fois, c’est à vous d’en faire usage avec imagination, pour ajouter du piment à l’aventure. Il est impossible de prévoir une règle pour chaque possibilité.

 

 

 
 
 Haut de page - Accueil (C)Extrêmia 2000 - Tous droits réservés - Mis à jour le August 21 2003 09:22:45.